You are currently viewing #064 – Mokshû Patamû

#064 – Mokshû Patamû

Avant que l’access de TF1 ne finisse par être consacré aux soaps, il y a eu majoritairement deux types d’ambiance pour les jeux diffusés sur ce créneau : soit des jeux à suspense aux enjeux élevés avec une ambiance idoine (QVGDM, Zone rougeMoney DropThe Wall…), soit des jeux avec une ambiance davantage axée sur le fun et la déconne (Le BigdilLe Juste PrixLa roue de la fortuneUne famille en or…) ; parfois des jeux qui étaient les deux (A prendre ou à laisser1 contre 100), parfois aucun des deux en particulier (Crésus), mais c’était plus l’exception que la règle.
Et je ne vous cache pas que j’ai toujours plus ou moins eu du mal avec la seconde catégorie, qui n’a jamais vraiment été ma tasse de thé. Bon, ce n’est pas parce que je suis anti-fun, mais plutôt parce que soit le concept ne me branchait pas plus que ça, soit il se retrouvait parasité par cette volonté d’ambiancer de façon un peu intrusive.
Toutefois, l’un des jeux que je retiens le plus positivement dans cette catégorie est… un jeu qui n’a duré que 4 mois et demi, et qui est donc resté moins connu que la ribambelle de jeux cités plus haut. J’ai l’habitude, me démarquer de la masse au sujet de mes goûts et de mes opinions, c’est plus ou moins l’histoire de ma vie.

Bref. Mokshû Patamû. Bon, je ne sais pas à quel point ce titre loufoque (sur lequel je vais revenir) a pu jouer au sujet de l’oubli de ce jeu dans les esprits ; toutefois, il m’avait marqué étant enfant, du haut de mes seulement six ans. J’en avais gardé un souvenir plein d’étoiles dans les yeux ; et en le revoyant adulte… j’ai aimé. Même si je reconnais que c’est sans doute principalement parce qu’il touche ma corde sensible de la nostalgie des années 90 (… ce qui ne veut pas dire que je considère que tout ce qui a été produit à cette époque était systématiquement génial hein, je rappelle qu’on a vu naître Que le meilleur gagne et N’oubliez pas votre brosse à dents durant cette décennie-là…), j’ai trouvé qu’il avait ses quelques mérites…
Toutefois, je reconnais que plus je revoyais les images pour faire cette critique, plus les défauts devenaient apparents et tendaient à prendre un peu le dessus sur la hype que je pouvais avoir en regardant. Mais bon, avant de les citer, parlons d’abord de ce qui m’a bien plu dans cette émission, que ce soit lié à la vibe 90’s ou à sa mécanique.

Le concept global

Ce jeu est en réalité l’adaptation d’un jeu de société de plateau : les Serpents et Échelles. Bon, en fait, je ne sais pas si c’est le nom officiel en français, ce jeu étant il me semble moins répandu en France, où on connaît davantage le Jeu de l’oie dans le même style.
Donc ce jeu, nommé Snakes and ladders en anglais, daterait de la période médiévale, et serait d’origine indienne, où il était nommé Moksha Patam. Le nom de l’émission est donc une déformation du nom originel de ce jeu. Dans un sens, c’est plutôt recherché… mais je doute que la plupart des spectateurs eussent la référence, et ils ont plutôt dû se dire que les marketeux avaient choisi un titre volontairement délirant pour appuyer l’ambiance du jeu, sans rapport avec quoi que ce soit. Pas sûr que ça ait été une si bonne idée que ça, mais bon…

Pour en revenir au principe du jeu : à l’instar d’un jeu de l’oie classique, les joueurs se déplacent sur un plateau numéroté en lançant un dé et en progressant du nombre de cases indiqué sur celui-ci. La différence avec un jeu de l’oie étant que la disposition des cases ne se fait pas en spirale, mais en damier, avec un déplacement ligne par ligne en boustrophédon (c’est-à-dire : de gauche à droite, puis de droite à gauche, puis de gauche à droite, etc.).
Et sur ce plateau, sont disposés des serpents et des échelles, reliant à chaque fois deux cases entre elles : ainsi, lorsqu’un joueur arrive en bas d’une échelle, il peut se déplacer à l’autre extrémité et avancer plus rapidement ; en revanche, si c’est un serpent, il doit redescendre de plusieurs cases vers sa queue.


Source image : Serpents et échelles. Du jeu de hasard à l’expérience de la transcendance (https://journals.openedition.org/sdj/3807)

Mokshû Patamû reprend donc ce principe de base, où le but des candidats sera d’arriver sur la dernière case ; mais à la sauce jeu TV, et en se donnant les moyens.
Ah, ça, c’est sûr que ce n’est pas aujourd’hui qu’on retrouverait une chaîne qui aurait l’audace de faire un plateau de jeu aussi démesuré (déjà que TF1 a dû être refroidie à ce niveau-là par l’échec de The Wall…), avec une structure de 100 cases disposées à la verticale, dans laquelle on a introduit des ascenseurs, des toboggans et autres joyeusetés.

Enfin, pour être plus précis : ce sont trois binômes de candidats qui s’affrontent, avec pour chacun un candidat qui va se déplacer dans le plateau de jeu et un candidat qui va rester en bas et gérer les « lancers de dé ». Et, chose incroyable : aucun people n’est impliqué dans cette émission ! A cause du Trivial Pursuit français, je croyais que ça faisait partie du cahier des charges de tous les jeux adaptés de jeux de société…

L’ambiance !

Bon, les adaptations de jeux de société en jeu TV, généralement, ça ne fonctionne pas très bien niveau succès critique et commercial ; et j’imagine que la déprogrammation de Mokshû Patamû suit un peu cette tendance.
En effet, un jeu de société adapté tel quel, ça ne va pas très loin ; et il faut l’adapter à la sauce télévisuelle pour y apporter une plus-value. Mais cette plus-value a plutôt tendance à faire office de « cache-misère » et ne tient généralement pas très longtemps. Prenez le Trivial Pursuit des années 2000 dont j’ai parlé pas plus tard que la dernière fois, on était en plein dans ce cas de figure…
En fait, la seule exception que je connaisse à ce niveau, c’est L’académie des 9, qui doit être le programme du genre le plus resté dans les mémoires… mais personnellement, la mayonnaise ne prenait déjà que très moyennement avec moi (forcément, des people qui baratinent, ça n’a jamais vraiment capté pas mon attention, au contraire). D’ailleurs, toutes les tentatives de remakes et de retours faites depuis n’auront pas connu de succès, comme quoi ce jeu n’aura finalement pas échappé à la règle.


On redescend !

Mais personnellement, j’ai trouvé ce concept sincèrement fun et prenant, pour plusieurs raisons.
Comme je l’ai précisé plus haut, l’émission ne ménage pas les moyens qu’elle se donne, et on ressent ainsi les ambitions recherchées. A l’instar d’un N’oubliez pas les paroles qui fait appel à un orchestre et des accessoires variés alors que l’émission aurait pu se contenter de playbacks, Mokshû Patamû fait appel à un plateau de jeu grandeur nature bourré d’effets alors qu’elle aurait pu se contenter du strict minimum. Certes, cet énorme plateau de jeu n’a pas forcément d’influence sur la mécanique, mais j’imagine que sans lui, le jeu serait devenu un peu plus vite ennuyeux.
Ensuite, je trouve que les jeux type Jeu de l’oie offrent une bonne base pour développer le concept. Certes, un jeu de l’oie basique (ou ici, un « serpents et échelles » basique), on s’en lasse assez rapidement, et en termes de mécanique de jeu pure, il n’y a pas grand-chose de grandement intéressant là-dedans ; mais c’est un genre de jeu qu’on peut enrichir et décliner avec pas mal de possibilités à la clé. C’est d’ailleurs un peu ce que font les jeux Mario Party, qui proposent des plateaux de jeu où on se déplace de case en case en lançant le dé, mais en ponctuant le déroulement d’une partie de plusieurs choses (événements, cases spéciales, mini-jeux…). Ici, je trouve que Mokshû Patamû fait de même, en saisissant les opportunités offertes par le média sur lequel on adapte le jeu de base : aspect plus spectaculaire, codes de jeu TV, nouvelles règles spécifiques…
Et enfin, au niveau des enjeux, on peut se retrouver avec des scenarii assez variés. Des candidats qui peuvent se faire éliminer en cours de route, des émissions qui ne se termineront pas forcément par une victoire… le déroulement n’est pas forcément téléphoné. « Tout peut arriver », mais d’une façon naturelle, sans que la production n’ait besoin de forcer la surprise.

Après, je conçois que la vibe 90’s me parle davantage personnellement, et qu’elle joue pas mal dans mon appréciation de ce jeu en particulier ; mais que pour d’autres, ça paraîtra très kitsch et daté, ce que je peux comprendre.


Sur cette case, le « pion humain » va devoir pédaler pendant un moment.

Comment rendre intéressante une adaptation de Serpents et échelles ?

Bon, soyons honnêtes : en tant que jeu de société, Serpents et échelles n’est pas un jeu qui vole bien haut. Le youtubeur MisterFlech a bien expliqué pourquoi (et a mentionné Mokshû Patamû, d’ailleurs), et pour résumer : les joueurs ne font que lancer un dé et avancer leur pion sur le plateau, ce qui limite pas mal les interactions possibles. Non pas que ce ne soit pas divertissant pour certains, mais c’est difficile de considérer ça comme le jeu du siècle, et encore moins si on adaptait ça tel quel en jeu TV…
Comme je le disais dans mon article sur les égalités dans les jeux TV, on ne peut pas se contenter de filmer un jeu de société pour que ça fasse un bon programme, il faut en faire une adaptation plus poussée, plus en phase avec les codes du support. Et comme on l’a vu avec le Trivial Pursuit des années 2000, dont j’ai parlé pas plus tard que la dernière fois, mettre du people et des « questions happening », ça ne suffit pas…
Ce qui va passer par deux axes de développement.

Le premier axe de développement est celui qui ressort le plus visuellement : on va mettre davantage de moyens et faire un plateau TV qui en jette. Bon, déjà, c’est TF1, donc c’était implicite qu’ils allaient faire ça.
Donc en guise de plateau de jeu, on va avoir une énorme structure verticale, à la fois davantage en phase avec un concept qui fait appel à la verticalité (grimper à l’échelle, glisser en bas des serpents), et tout de même plus pratique à filmer et à mettre en place (certes, la verticalité impose d’avoir une hauteur sous plafond très grande, mais devoir intégrer 100 cases à l’horizontale, ça n’aurait pas très bien rendu…).
En outre, on va également avoir des pions humains qui vont se déplacer dans ce plateau.

Quelque part, le jeu n’avait pas forcément besoin de ça pour fonctionner. Après tout, on aurait aussi pu se contenter d’un écran géant, qui aurait montré un plateau de jeu et l’avancée des pions. L’adaptation du Trivial Pursuit ne s’était même pas embêtée à le faire, plutôt que de créer un plateau grandeur nature.
D’ailleurs, par moments, on a quelques cutscenes en images de synthèse (à une époque où ça ne vieillissait pas forcément très bien…) qui simulent la progression sur le plateau, et qui auraient pu donner un vague aperçu de ce qu’une telle version aurait donné.
Mais bon, ça aurait quand même été une solution de facilité. Non pas que ça se serait fait en un claquement de doigts (il aurait quand même fallu des programmeurs pour développer le moteur de jeu sur écran), mais ça aurait été moins impressionnant, et potentiellement moins méritant. Un peu comme si NOPLP s’était contenté de mettre des playbacks à la place d’un orchestre et s’était dispensé d’ambianceurs par la même occasion, pour ne laisser que l’animateur et les candidats sur le plateau.
Donc un bon point pour le parti pris du plateau de jeu.

Mais par ailleurs, cette approche « plateau de jeu grandeur nature » va également ouvrir d’autres horizons aux différentes possibilités de jeu.

Le second axe de développement, quant à lui, va chercher à étoffer les règles du jeu de base, pour qu’on ne se contente pas de voir uniquement une suite de lancers de dés et de « pions » qui avancent/reculent.
En effet, même quand on cherche à mettre les formes en adaptant un concept, si le fond est trop faiblard, ça ne fera office que de cache-misère. L’académie des 9 a d’ailleurs ce problème, la mécanique du jeu du Morpion n’étant pas assez intéressante pour en faire un jeu TV à part entière ; l’introduction de people pour poser des questions et faire le show n’étant qu’un pansement sur une jambe de bois à ce niveau-là.
Et heureusement, Mokshû Patamû a trouvé une autre solution pour susciter l’intérêt que de mettre des people à la place des pions : rendre ces pions plus interactifs.

Déjà, les candidats (ou plutôt la moitié d’entre eux) ne vont pas pouvoir se contenter de « lancer le dé » quand c’est leur tour (oui, je précise rapidement que c’est un lancer « virtuel », avec un dé qui tourne sur un écran et le candidat qui buzze pour l’arrêter, un peu façon Mario Party). Il leur faudra également répondre à une question de culture générale au préalable, pour que le lancer puisse être validé.
Si la réponse est correcte, leur partenaire avance sur le plateau du nombre indiqué par le dé, et on rajoute 200 F à la cagnotte du binôme. En revanche, si elle est inexacte, le binôme prend une pénalité. Attention toutefois, car trois pénalités entraînent une élimination directe, et le remplacement par un autre binôme !
… ce dont je suis moyennement fan. Parce que comme une élimination peut survenir à à peu près n’importe quel moment, y compris 10 minutes avant la fin, le binôme de remplacement va devoir cravacher pour rattraper les autres, qui auront déjà certainement bien avancé. Après, étant donné les aléas du damier, avec notamment les serpents qui peuvent faire reculer la concurrence (parfois même de beaucoup de cases, comme le fait de passer de la case 80 à la case 40), ou certaines échelles généreuses qui peuvent les faire rattraper (comme celle qui va de la case 4 à la case 39), je reconnais que c’est moins gênant. Ca l’est peut-être un peu plus pour la cagnotte accumulée par le binôme en revanche, qui, elle, ne peut pas vraiment être rattrapée miraculeusement.

Bon, c’est bien beau, mais ça ne suffit pas… L’académie des 9 aussi avait subordonné les coups des candidats à des questions de culture générale, mais ça n’a pas rendu le jeu particulièrement plus palpitant pour autant.
Ainsi, on va également avoir des cases spéciales sur le plateau de jeu, comme des cases interactives où le candidat sur le damier devra attraper un projectile lancé par Vincent Perrot (ce qui permettra d’avancer encore un peu plus, moyennant une question bonus) ; des cases musicales où le candidat doit courir ou pédaler pendant que son partenaire complète les paroles d’une chanson ; des cases prison où le candidat (et son binôme) sont bloqués pendant deux tours ; ou encore une case Jackpot qui permet de remporter une somme bonus. Ca ne fait certes pas énormément de cases spéciales, mais bon, en comptant celles avec les serpents qui font régresser et celles avec les échelles qui font avancer, ça passe.

Et dans le déroulement global, notons également que le jeu est divisé en plusieurs phases temporelles, qu’il appellera « Mokshûs ». Oui, ça fait beaucoup de « mokshû », tout ça, ce n’est pas spécialement facile de s’y retrouver…
La différence entre ceux-ci résidera dans les règles en vigueur. Ainsi, le premier Mokshû a un déroulement classique, où le fait de répondre correctement à une question permet d’avancer sur le damier du nombre de points indiqué ; lors des deuxième et troisième Mokshûs, le candidat sur le damier qui vient d’avancer peut choisir de répondre à une question pour tenter d’avancer encore un peu (attention toutefois, ce n’est pas une question bonus, et une erreur compte comme si c’était son partenaire qui l’avait commise…) ; et lors du quatrième, la mécanique diffère. On va d’ailleurs s’attarder un peu plus dessus.
Pour le quatrième Mokshû, toutes les cases spéciales disparaissent, sauf les échelles et serpents, ainsi que la case spéciale qui rapporte 10 000 F qui apparaît. Il n’y a plus aucune pénalité ni risque d’élimination par ailleurs. Ce Mokshû commence par l’annonce d’un thème, avec des réponses en rapport avec (par exemple, dire si le mot cité par l’animateur est une espèce de champignon, ou citer des pâtisseries correspondant à une définition précise…) ; et celui qui répond correctement à la question prend la main (et fait avancer son binôme sur le damier). Tant qu’il garde la main, il est le seul à pouvoir répondre aux questions posées par l’animateur ; tant qu’il donne des bonnes réponses, son partenaire avance ; mais dès qu’il commet une erreur, il perd la main, et on repart sur une question adressée aux trois candidats pour savoir qui va prendre la main. Notons également que passer par un serpent fait aussi perdre la main… mouais, comme si ce n’était déjà pas assez punitif, mais bon…
Et comme en règle générale, personne n’est encore arrivé jusqu’au bout à ce stade du jeu, une sirène retentit lorsqu’il ne reste plus que quelques minutes d’émission, et se lance alors la Course à la victoire. A partir de là, seul le binôme en tête continuera à jouer, en mode « express » : là encore, le candidat en bas devra répondre à des questions pour lancer le dé ; et son partenaire devra avancer du nombre de cases indiqué (les échelles sont toujours en vigueur). Mais ils n’auront plus qu’une seule minute pour y parvenir, donc il ne faudra pas lambiner. Pas besoin de faire un « tout pile » pour arriver en dernière case cependant, ce qui n’est pas plus mal. S’ils y parviennent, ils rajoutent ainsi 50 000 F à leur cagnotte. Les deux autres binômes repartent par ailleurs avec leurs cagnottes respectives.


On n’est plus très loin de la fin du parcours. Allez !

On sent quand même que le but de ce quatrième Mokshû et de cette Course à la victoire est d’accélérer le déroulement de la partie, qui pouvait s’éterniser un peu jusqu’alors. Soit une demi-heure de jeu, tout de même… après, je reconnais que ça reste une demi-heure de jeu plus fun que ce qu’on a pu avoir durant le Trivial Pursuit de 2002. Ce qui fait que je suis bien moins frustré ici par le fait de « bâcler » la fin de partie, d’autant plus que Mokshû Patamû fait au moins l’effort de proposer une fin de partie en mode « express », là où le Trivial Pursuit se contente d’en rester là où sont les candidats.

Un jeu très fourre-tout quand même…

Par conséquent, avec tout ce que je vous ai décrit, je m’abstiens de le dire depuis tout à l’heure ; mais là ça me brûle les lèvres, tout de même : ce jeu me paraît finalement un peu trop gratuitement complexe et fourre-tout. Et c’est facilement son principal défaut pour moi.
Alors, certes, l’idée globale est facile à comprendre : le but ultime est qu’un binôme de candidats arrive jusqu’à la dernière case pour empocher le jackpot, selon un principe de Serpents et échelles. Mais à côté de ça, il y a pas mal de subtilités ça et là qui rendent le jeu moins lisible : les cases spéciales présentes sur le plateau (pas dans le fait d’en avoir, mais plutôt dans le fait qu’elles ont des règles un peu disparates), les différents Mokshûs avec leurs règles spécifiques, la trop grande diversité de questions et/ou de défis proposés… en fait, c’est surtout sur ce dernier point que je trouve que le jeu aurait pu être davantage lisible.


Case prison, ne passez pas par la case départ, ne touchez pas d’argent.

Entendons-nous bien : oui, je ne suis pas contre de la variété et de la diversité au sein d’un jeu… mais je suis surtout pour que cette variété et diversité soit bien encadrée, sinon ça me donne plutôt l’impression que le jeu est bordélique.
Prenons TLMASMAD, par exemple : j’apprécie beaucoup que ce jeu ait des manches diversifiées, mais qui reposent toutes sur un principe commun (le fait de jouer avec les mots et la langue française), malgré deux ou trois d’entre elles qui sont un peu plus borderline à ce niveau-là. A contrario, je n’aime pas ce que fait Fort Boyard avec ses épreuves depuis 2011 (en mélangeant épreuves à clepsydre, à chronomètre, à personnage parlant, et à duels, le tout sans aucune logique), car ça me donne davantage l’impression que la production cherche à caser ses délires à tout prix, quitte à ce que ça casse complètement la cohésion des épreuves en question au sein du jeu.
Et même si Mokshû Patamû n’atteint certes pas les sommets d’un Fort Boyard des années 2010… je le trouve quand même un peu trop fourre-tout sur les bords par moments.

Déjà, au niveau des questions pour les candidats qui buzzent, on peut aussi bien avoir du QCM que des réponses libres ; de plus, rien n’indique que la question va être suivie par trois propositions de réponse, donc les candidats peuvent buzzer trop tôt… dans tous les cas, le buzz ne fonctionne qu’une fois la question (et les réponses potentielles) terminée ; ce qui est un peu plus équitable, mais peut engendrer du buzz inutile…
Idem pour le quatrième Mokshû, où on peut aussi bien avoir des thèmes du type « Vrai/Faux » que des définitions façon TLMASMAD. Pas très sérieux tout ça.


La croix indique une mauvaise réponse. Encore deux et c’est l’élimination…

Et du côté des candidats qui montent sur le plateau, ce n’est pas mieux.
Au départ, je m’attendais un peu à avoir une sorte de La tête et les jambes, avec le candidat au sol qui répond aux questions, et le candidat qui monte avec des défis un peu plus physiques ; mais ça ne concerne que les cases bonus de la première rangée, avec des défis d’adresse random.
Et, certes, on les fait courir ou pédaler sur les cases musicales ; mais c’est davantage gratuit qu’autre chose, puisque l’important pour eux sera surtout de compléter les paroles d’une chanson. Parce que pourquoi pas… tiens, d’ailleurs, ces questions musicales ne contribueraient-elles pas au sentiment de fourre-tout que j’éprouve, d’une certaine manière ?
Enfin, mine de rien, ils peuvent finalement être amenés à répondre à pas mal de questions. Hormis les musicales mentionnées plus tôt, ils peuvent répondre à des questions pour les 2e et 3e Mokshûs. Certes, on leur laisse le choix de le faire ou non, mais du coup ça diversifie encore ce qu’ils peuvent être amenés à faire.
Après, je peux encore comprendre pourquoi certains de ces choix ont pu être faits. Côté plateau, en particulier, ça aurait été difficile de faire des choses plus variées compte tenu de l’exiguïté des cases ; et c’était déjà pas mal de faire participer davantage les candidats qui y sont présents, et de ne pas se contenter de leur côté « pions humains ».

Bref, tous ces éléments font que synthétiser les règles de cette émission n’est pas chose aisée ; et que je ne serais d’ailleurs pas surpris que tout ce que j’aie pu en dire jusqu’ici vous ait paru un peu nébuleux. Mais bon, j’imagine que l’idée, c’était de faire en sorte que le public n’y réfléchisse pas trop, et soit davantage pris dans l’ambiance et l’excitation… et à ce niveau-là, je suis légèrement plus mitigé.
Bon, je trouve le jeu très divertissant personnellement, avec même une délicieuse pointe de désinvolture so 90’s (… mais ne provenant pas d’un jeu animé par Nagui à l’époque. Très important comme détail, ça.). Ce qui est déjà un bon point non négligeable, étant donné que je ne suis pas très branché « jeux qui misent trop sur leur divertissement », surtout quand ça se fait au détriment de la mécanique…
Cela dit, je serais quand même un peu hypocrite de ne pas le reprocher à Mokshû Patamû, alors que je ne me suis pas gêné de le faire pour d’autres jeux… mais disons que dans ce contexte-là, je trouve le divertissement moins intrusif, et que je n’ai au final pas trop le sentiment d’assister à un gâchis de potentiel.
Disons que même si je trouve ce jeu au final très fun, je n’aurais pas été contre un meilleur sentiment de cohésion globale en guise de cerise sur le gâteau.

Total : 12/20

Bien que je trouve louables tous les efforts déployés dans Mokshû Patamû pour en faire un divertissement finalement très fun, je ne peux tout de même pas m’empêcher de me dire qu’il aurait pu être mieux réalisé sur plusieurs points : côté fourre-tout sur les bords, système d’élimination/intégration de nouveaux candidats, complémentarité des binômes, quelques petits détails de mise en scène… en fait, j’ai l’impression que les concepteurs de ce jeu avaient beaucoup d’idées et de créativité à montrer dans ce concept, qui va au final bien plus loin qu’un simple Serpents et échelles, mais qu’ils ne savaient pas toujours comment l’exploiter avec la parcimonie nécessaire.
Mais bon, j’ai envie de dire que pour mieux profiter de cette émission, il faut la « vivre » plutôt que de l’expliquer et de l’analyser. L’objectif principal de ce jeu étant surtout de proposer un divertissement à grande échelle, celui-ci est facilement atteint, pour un résultat qui donne bien la pêche. Même si j’aurais eu du mal à voir ce concept perdurer pendant des années, et qu’il reste tout de même très ancré dans la décennie des 90’s, il avait tout de même une formule de base assez solide, et un certain potentiel de renouvellement au niveau de ses règles.

Et après avoir vu deux adaptations de jeux de société avec une ambiance légère, la prochaine fois, on en verra une davantage sérieuse…

garsiminium

Enchanté, moi c'est garsim. Bienvenue sur mon blog, où je parle de différents sujets, légers comme moins légers.

Laisser un commentaire